Accueil Santé pratique Les maisons de retraite et autres structure d’accueil

Les maisons de retraite et autres structure d’accueil

C’est décidé ! Vous vous sentez seul(e)(s) et vous en avez assez des contraintes de la vie quotidienne : les courses, le ménage, les repas à préparer… Vous allez vous lancer dans la recherche d’une maison de retraite ou d’une structure qui corresponde à vos souhaits et qui pourra vous accueillir en toute sécurité.
Difficile de choisir ! Il faut savoir qu’en France, plus de cinq mille établissements fonctionnent sous le nom de “Maison de retraite”. Ils offrent environ 540.000 lits, dont 120.000 en section de cure médicale.
Ils peuvent dépendre du secteur public ou du secteur privé et, dans ce cas, être organisés sous une forme commerciale ou associative à but non lucratif.
Les conditions d’admission, dans certains d’entre eux, sont très strictes en ce qui concerne notamment l’âge minimum et maximum des résidants, leur état de santé, la possibilité d’y vivre en couple ou d’amener son animal préféré !

maison-de-retraite

Quelle structure choisir ?

Vous choisirez votre Maison de Retraite ou votre structure d’accueil en fonction de vos besoins, de vos aspirations, mais aussi de vos ressources.
BON A SAVOIR : Il existe des solutions intermédiaires entre le domicile et la Maison de Retraite : le foyer-logement, le foyer-soleil, les villages-retraites et les résidences avec services pour personnes âgées.

Le foyer-logement

Si vous êtes valide et si vos ressources ne dépassent pas celles imposées pour obtenir un logement H.L.M., vous pouvez bénéficier d’un foyer-logement.
Le principe consiste à louer un studio ou un appartement, généralement de deux pièces, avec cuisine et salle de bains, relié au système de garde du foyer par un interphone.
Les résidants peuvent le meubler selon leur goût. Un service de restauration occasionnel ou régulier est à leur disposition, mais ils peuvent choisir de faire eux-mêmes les courses et la cuisine : ils gardent une complète liberté de circuler et peuvent recevoir les visites qu’ils désirent.
Des services collectifs sont à leur disposition : salles de jeux, de gymnastique… Certains établissements proposent également un service médical et d’entretien (ménage, blanchisserie…).

Le foyer-soleil

Le foyer-soleil, autre alternative, propose lui aussi des appartements, mais répartis au milieu d’autres logements pour éviter une trop grande séparation de la population par tranche d’âge.

Les villages-retraite

Cette formule peut être intéressante si vous êtes valides et aimez la campagne : les retraités sont logés dans des petits pavillons individuels, implantés en zone rurale, comme par exemple : Le village pour Seniors “Le Grand Logis”

Les résidences pour personnes âgées

Les résidences-services intègrent un service de surveillance comprenant une antenne paramédicale et une infirmière en permanence.
Elles mettent à la disposition des retraités de véritables appartements individuels ainsi que des équipements communs, tels que : salle de jeux, de sport, de télévision, bar, bibliothéque, restauration en salle ou à domicile, service entretien…

Les maison de retraite du secteur public

Ce sont les moins chères : le prix de la journée est fixé par le Président du Conseil Général dont elles dépendent.
Malheureusement, elles sont souvent complètes et le délai d’attente pour obtenir une place est d’environ six mois.
Elles peuvent être placées sous l’autorité :

  • d’un Centre d’action sociale,
  • de l’Assistance Publique,
  • d’un centre hospitalier ou d’un hôpital.

Les maison de retraite du secteur privée

Leurs prestations et tarifs sont fort variables. Les prix sont fixés librement et un résidant valide paie, en moyenne, 45 euros de pension par jour, auxquels peuvent s’ajouter des suppléments comme la blanchisserie, les sorties, la télévision, etc… Il est donc conseillé de vous faire communiquer les tarifs complets, par écrit, avant toute décision ou inscription.

Les maison de retraite médicalisées

Qu’elles soient publiques ou privées, en plus des prestations d’usage, elles assurent sur place les soins des résidants. Avant de vous engager, assurez-vous donc que l’établissement dispose en nombre suffisant, de médecins, d’infirmières, d’auxiliaires de vie et éventuellement, de kinésithérapeutes.
Renseignez-vous sur la qualification de l’équipe médicale en place et sur le matériel existant. Demandez également qu’on vous communique les heures de présence de ce personnel.
BON A SAVOIR : La notion de médicalisation n’est définie par aucun texte. A titre indicatif, nous pouvons vous indiquer que l’on préconise une infirmière diplomée d’état et quatre aide-soignants pour quarante résidants.

Les unités de soins de longue durée

Appelées autrefois “hospices” puis “Centres de long séjour”, elles relèvent aujourd’hui du secteur hospitalier et assurent des soins médicaux spécialisés et constants aux personnes entièrement dépendantes ou souffrant d’une affection chronique grave.
La Sécurité Sociale prend en charge le forfait journalier des soins.
BON A SAVOIR : Attention ! Si l’intéressé ne bénéficie pas de l’aide sociale, il devra payer – lui ou sa famille – la totalité des frais de repas et d’hébergement. Il pourra néanmoins bénéficier éventuellement de l’allocation logement.

Pour vous aider dans votre choix, vous pouvez consulter l’annuaire des maisons de retraite en France Medipages : ce site web et ses nombreuses fiches pratiques vous seront d’une grande utilité.

Les règles de vie de l’établissement : éléments de votre décision

Vous avez visité plusieurs établissements et avez pris soin de venir à différentes heures de la journée pour y tester “l’atmosphère”.
Vous avez constaté que l’ambiance y était agréable, les repas bien servis et adaptables à vos goûts ou au régime qui vous est prescrit médicalement, les animations (séances de gymnastique, ateliers quotidiens : couture, tricot, bricolage, jeux de société…) et sorties (spectacles, visites touristiques…) suffisantes et variées.
Vous avez vérifié les conditions dans lesquelles votre famille ou vos amis pourront vous rendre visite : horaires, possibilité de prendre un repas ou de disposer d’une chambre d’hôte pour ceux qui viennent de loin, et celles vous permettant de vous absenter pour un week-end ou une période de vacances.
Vous avez pris en compte tous les éléments de votre budget et vous avez fixé votre choix. C’est de moment de contrôler que les clauses de votre contrat reprennent bien tout ce qui vous a été dit oralement et mentionnent clairement :

  • la description des locaux dont vous aurez la disposition personnelle : dimension de la chambre et de la salle de bain, équipements mobiliers, prises de téléphone et de télévision, sonnette d’alarme… et de ceux que vous partagerez avec les autres résidants.
  • Le tarif journalier, les prestations incluses dans le prix de base, comme par exemple : l’électricité, l’eau, le gaz, l’entretien… et celles qui pourront vous être facturées en plus comme : les activités sportives (gymnastique, vélo) la blanchisserie, les soins médicaux, la participation aux animations et spectacles..
  • la possibilité de faire appel, si vous le désirez, à un médecin ou à une infirmière de votre choix. Vérifiez qu’en cas d’invalidité ou de semi-invalidité, vous pourrez rester dans l’établissement. Dans le cas contraire, faîtes bien mentionner dans votre contrat qu’un délai minimal de deux ou trois mois vous sera accordé pour trouver une nouvelle structure d’accueil et exigez d’avoir la possibilité de contester la décision si un contre-diagnostic, effectué par votre médecin-traitant, est délivré à l’établissement.
  • le caractère définitif de l’admission. En effet, il arrive que les contrats de certains établissements prévoient une période d’essai d’un ou deux mois, à l’issue de laquelle le résidant peut être renvoyé chez lui sur décision de la Direction qui peut estimer discrétionnairement qu’il ne peut pas s’adapter ou que son état de santé rend impossible le suivi des soins. Cette clause est donc à proscrire.

Avant de signer, faîtes-vous remettre le règlement intérieur et relisez attentivement votre contrat.
Vous n’avez rien oublié ? Apposez votre paraphe, gardez un exemplaire du contrat et, si quelqu’un s’est porté caution du paiement de votre hébergement, demandez qu’il lui en soit également remis une copie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici