Accueil Encyclopédie médicale Vitamine D : définition, besoins, sources, carences et excès

Vitamine D : définition, besoins, sources, carences et excès

1
0

La VITAMINE D (calciférol) : définition et caractéristiques

La vitamine D est liposoluble, elle provient de la lumière du soleil ou de l’alimentation; on l’appelle parfois la « vitamine soleil »: les rayons UV interagissent avec les huiles de la peau afin de générer la vitamine D qui est ensuite absorbée par l’organisme. Prise par voie orale (alimentation et suppléments), elle est absorbée avec les lipides par la paroi intestinale.

vitamine d

La vitamine D est essentielle à des os et des dents en bonne santé. Prise avec la vitamine A et C elle prévient les rhumes. Elle va favoriser l’assimilation de la vitamine A.

La vitamine D (calciférol) existe sous deux formes chimiques voisines: la vitamine D2 ou ergocalciférol, présente dans les plantes et la vitamine D3 ou cholécalciférol, présente dans les produits d’origine animale ; D2 et D3 ont la même activité biologique.

  • Les calciférols n’agissent qu’après leur conversion en molécules actives
  • Ils sont sensibles à la lumière, aux acides, à l’oxydation qui les dégradent rapidement
  • Ils sont sensibles à la chaleur (au dessus de 38°C)
  • Ils sont insolubles dans l’eau
  • Ils sont solubles dans les solvants organiques, l’huile, les graisses, l’alcool, l’éther, et le chloroforme

La vitamine D n’est pas à proprement parler une vitamine puisque la synthèse cutanée couvre une part importante de l’organisme, en effet si l’ergocalciférol (D2) peut provenir de l’alimentation, la majeure partie de la vitamine D est synthétisée dans la peau, sous forme de cholécalciférol (D3), à partir du cholestérol et sous l’influence des ultraviolets de la lumière du soleil.

La synthèse cutanée de vitamine D3 se fait dans les couches profondes de l’épiderme : le 7-déhydrocholestérol est transformé en provitamine D3 après exposition aux ultra-violets, puis celle-ci est transformée en vitamine D3 par isomérisation en 36h.

Cette synthèse cutanée est la source principale de vitamine D pour l’organisme et dépend de plusieurs facteurs :

  • La température cutanée (température optimale de 36,5 à 37 °C)
  • La pigmentation de la peau (les peaux blanches fabriquent plus de vitamine D que les peaux bronzées)
  • L’épaisseur de l’épiderme dans laquelle s’effectue la synthèse
  • La longueur d’onde et la quantité de rayonnement UV reçu
  • L’ « âge » de la peau : une peau « jeune » fabrique 2 fois plus de vitamine D qu’une peau « vieille »
  • Le smog, les vêtements, le verre des vitres empêchent cette synthèse.

La vitamine D d’origine endogène (interne) est absorbée directement par les vaisseaux sanguins, la vitamine d’origine exogène (externe) est d’abord absorbée dans l’intestin grêle en présence de graisses avant de rejoindre la circulation générale.

 Rôles de la VITAMINE D :

La vitamine D (D2 ou D3) suit un seul trajet. A la manière des hormones stéroïdes et du dérivé final de la vitamine A, elle agit en se liant à des récepteurs, en pénétrant dans le noyau de la cellule cible et en déclenchant l’expression de certains gènes. Autrement dit, la vitamine ici calcitriol (forme hormonale de la vitamine D) pénètre dans le noyau de la cellule et se lie à une protéine ( ou récepteur), le couple ainsi formé va activer certains gènes qui permettent la synthèse d’une Calcium binding protéine ; la CaBP transporte 2 molécules de calcium au niveau de l’intestin de l’os et du rein. Ainsi la vitamine D règle l’absorption et l’excrétion de calcium afin d’en optimiser le niveau.

La vitamine D joue un rôle capital dans l’ossification en contrôlant l’absorption du calcium, sa fixation sur l’os et son excrétion rénale

Elle intervient dans le métabolisme phosphocalcique :

  • Dans l’intestin elle augmente l’absorption phosphocalcique
  • Dans les os elle augmente la quantité de calcium excrétée dans le sang
  • Dans les reins elle favorise la réabsorption du phosphore

De nombreux tissus comportent des récepteurs au calcitriol qui participent également :

  • A la concentration du calcium dans le lait au niveau de la glande mammaire
  • Au transport du calcium vers le fœtus au niveau du placenta
  • A la différenciation de globules blancs essentiels à la réponse immunitaire
  • A la synthèse d’interféron, un agent de défense contre les virus
  • A la croissance des cellules de la peau
  • Au fonctionnement musculaire
  • Au contrôle de la synthèse d’insuline dans le pancréas.

Les besoins en VITAMINE D

En temps normal, c’est à dire avec un minimum d’exposition au soleil (15 à 20 min/jour) l’essentiel de la vitamine D (50 à 90%) est produit par la peau. Il est possible de se constituer des réserves annuelles en prenant chaque jour le soleil pendant 10 à 15 minutes tout au long de l’été. Le reste de la vitamine D est apporté par l’alimentation.

La vitamine D est mesurée en unités internationales ou en µg. Les apports journaliers recommandés sont de 10µg =400UI dont 100UI d’origine alimentaire.

Sources de la VITAMINE D

 

Sources Quantité pour 100g
Lait 1 à 3 µg / 250 ml
Fromage 2 µg
Œuf 4µg
Huile de foie de morue (1 c à soupe) 3400
Hareng cru 900
Saumon (cuit à la vapeur) 500
Sardines en boîte 300
Thon en boîte 230
Céréales 50
Œufs de poule (par œuf) 40
Beurre 30
Foie de bœuf (frit) 19
Foie de veau (frit) 14

Les carences en VITAMINE D

Signes cliniques

  • Rachitisme (apparaît entre 6 mois et 2 ans )
  • Ramollissement de l’os occipital, bosses frontales et pariétales (6 mois)
  • Déformations thoraciques (6 à 12 mois)
  • Déformations des poignets et chevilles, incurvation des os des membres inférieurs, fractures (12 à 24 mois)
  • Plus rarement : tétanie, convulsions
  • Ostéomalacie (adultes)
  • L’ostéomalacie consiste en une déminéralisation des os, qui perdent calcium et phosphore elle s’accompagne de :
  • Douleurs osseuses (bassin, thorax, rachis)
  • Douleurs et faiblesses musculaires
  • Os transparent et fissures à la radio
  • Plus tardivement : déformations de la colonne vertébrale, du bassin et du thorax

Le manque de calcium et des autres nutriments impliqués dans la minéralisation osseuse contribue à l’ostéoporose qui associe déminéralisation et perte de trame osseuse.

La carence en vitamine D résulte de la conjugaison de plusieurs facteurs :

  • Déficience de la synthèse interne par insuffisance d’exposition solaire. Le rachitisme et l’ostéomalacie se rencontrent encore très fréquemment dans les groupes sociaux dans lesquels les femmes et les enfants sortent très peu et couverts. Dans une moindre mesure les déficiences sont de plus en plus fréquentes chez les habitants des pays situés à une latitude supérieure à 42 degrés nord ( nord de la frontière franco-espagnole ) ; ces habitants ne produisent pas de vitamine D entre novembre et février et ne parviennent pas à atteindre l’apport journalier recommandé (400UI).
  • Augmentation des besoins à certaines périodes de la vie (nourrissons, enfants en pleine croissance, femmes enceintes et allaitantes, personnes âgées).
  • Insuffisance des apports externes, bien que la vitamine D d’origine alimentaire soit une source accessoire, elle prend toute son importance dès que la synthèse interne est diminuée, que les besoins sont augmentés, ou que le métabolisme est perturbé.
  • Altérations pathologiques innées ou qui font suite à certains traitements, du métabolisme ou de l’activité du calciférol.

Groupes à risques et personnes pouvant bénéficier de suppléments

  • Nourrissons et jeunes enfants
  • Adolescents
  • Femmes enceintes et allaitantes
  • Personnes âgées
  • Alcooliques chroniques
  • Sujets atteints d’affections provoquant une malabsorption chronique …
  • Sujets atteints d’anomalies héréditaires du métabolisme de la vitamine D

Les excès en VITAMINE D

La vitamine D partage avec la vitamine A, la particularité d’être lentement éliminée par les tissus de l’organisme. Administrée à fortes doses, elle est toxique et peu provoquer des réactions sérieuses : anorexie, nausées, pertes de poids, fréquence accrue des mictions, déshydratation, hypertension. Ces effets n’apparaissent qu’avec des doses très importantes absorbées pendant plusieurs semaines. Si l’intoxication se poursuit, il y a calcification des tissus (reins, vaisseaux sanguins, cœur, poumon)

L’administration de fortes doses pendant la grossesse peut provoquer un avortement ou une hypercalcémie du nourrisson (faciès particulier, retard psychomoteur et anomalies cardio-vasculaires)

La vitamine D et ses dérivés sont absolument contre-indiqués en cas d’hypercalcémie, d’hypercalciurie ou de calculs calciques

Remarques :

Les personnes âgées (et les femmes en particulier) sont très vulnérables, elles sont majoritairement déficientes en vitamine D et sont les premières touchées par l’ostéomalacie et l’ostéoporose : dans les pays occidentaux la population âgée reçoit moins de 200UI par jour et on observe une augmentation de la sécrétion de l’hormone parathyroïdienne, le mécanisme majeur de la déminéralisation osseuse.

La vitamine D aurait la propriété de s’opposer à la cancérogenèse l’incidence des cancers voire de contrôler.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here