Longtemps considérés comme responsables des jambes lourdes, les planchers chauffants d’aujourd’hui en basse température n’ont plus grand chose à voir avec les premières installations des années 60. Le chauffage au sol diffuse une chaleur douce et régulière en s’appuyant sur le principe du transfert de chaleur par rayonnement.

Les plancher chauffant : confortable et invisible

Réalisé au moyen de résistances noyées dans le béton connectées au secteur grâce à des liaisons froides, le plancher chauffant se comportent comme un radiateur géant.

Dans le détail : Le plancher rayonnant est un système constitué de câbles électriques chauffants noyés dans une chape de faible épaisseur (10 à 12 cm). Cette chape spéciale est coulée sur un isolant thermique ou thermo-acoustique pour limiter la perte de chaleur par le fond et assurer un confort optimum d’isolation phonique.

Le câble, placé dans la chape, assure la totalité du chauffage de la pièce. Comme les panneaux rayonnants, le plancher diffuse sa chaleur douce et homogène aux corps, objets et parois environnants, qui réchauffent à leur tour l’air ambiant. Un thermostat d’ambiance assure la régulation et active le chauffage en fonction des besoins. La température du sol étant limitée à 28 °C (on parle alors de basse température), il ne peut y avoir aucune sensation désagréable de jambes lourdes.

Plancher chauffant

Les types d’utilisation

Du fait de sa mise en œuvre juste au dessus des fondations, ce système convient uniquement aux logements neufs et aux logements nécessitant une rénovation lourde. Il est particulièrement apprécié dans le salon et le séjour, et bien adapté aux pièces de grande hauteur sous plafond, et aux mezzanines puisque la chaleur générée ne s’accumule qu’en très faible quantité au plafond. Ce type de chauffage est généralement recouvert de carrelage ou encore de planchers spécifiques résistants aux variations de température. La moquette et les planchers flottants sont fortement déconseillés.

Avantages et inconvénients du plancher chauffant

L’un des principaux avantages des planchers chauffants est qu’ils diffusent une chaleur douce typique du confort du rayonnement. La chaleur est en effet diffusée de façon uniforme, sans aucun mouvement d’air. La température idéale est atteinte et maintenue par le système de rayonnement : elle est transmise à tous les objets et personnes présents dans la pièce et réfléchie par les autres parois.

L’autre grand avantage de cette installation est qu’elle libère de la place dans la maison. L’absence de radiateur permet d’utiliser toute la surface habitable sans contrainte. Les meubles peuvent ainsi plus facilement trouver leur place dans la maison.

Autre avantage du chauffage au sol : il ne nécessite aucun entretien particulier une fois installé.

Si le prix d’un plancher rayonnant électrique est de prime abord assez cher à l’achat, cette technologie bénéficie d’aides intéressantes de la part d’EDF. Pour pouvoir prétendre à ces subventions (Vivrélec par exemple), l’installation doit être réalisée par un professionnel dans le respect de la charte du label EDF.

Le principal inconvénient du plancher chauffant électrique réside dans son prix élevé. Il est compris en moyenne, selon ses caractéristiques techniques, entre 40 et 60 € par m² de surface chauffée, chape flottante non comprise.

Contrairement au plancher chauffant par eau qui fonctionnent par circulation d’eau chauffée par une chaudière (au gaz, au fioul, en chaleur géothermie ou solaire) dans un réseau de tuyauterie noyé dans la chape, le plancher chauffant électrique ne permet pas de changer d’énergie à moyen terme. Le coût d’utilisation est donc totalement à la merci des augmentations du prix de l’électricité.

Autre inconvénient, les résistances électriques actuelles ont une longévité moyenne de 20 ans. Passé ce laps de temps, toute l’installation est à revoir. Sachant que les résistances font partie intégrante du sol, il est très difficile de le remplacer sans tout casser dans la maison.

Autre contrainte : les résistances étant noyées dans la chape, à la mise en route du chauffage le temps de réaction est plus long que dans le cas d’un chauffage par radiateur du fait de l’inertie du béton. Ce temps de réaction se constate tant à la mise en route qu’à l’extinction. Les variations de température brusques sont soumises aux mêmes phénomènes si une régulation très fine n’est pas là pour anticiper les demandes de chauffage.

Enfin, derniers inconvénients : La circulation de courant sur des boucles à grande dimension émet des champs magnétiques. Ces effets indésirables quoique limités peuvent s’avérer perturbant dans l’utilisation de certains appareils de précision. Les choix des revêtements de sols sont limités : les moquettes sur mousse, les linos et les parquets flottants ne sont pas compatibles avec ce type de chauffage.

Les gammes de chauffages au sol

Si tous les planchers chauffants sont assez similaires dans leurs fonctionnement, il existe plusieurs type de câbles conducteurs :

  • Les câbles classiques : les moins chers mais aussi les moins performants, ils sont solidaires avec l’armature métallique de la chape.
  • Les câbles autorégulants : leurs puissances varient avec la température de la chape.
  • Les câbles à double conducteur : ils sont alimentés à une seule extrémité et limitent ainsi le rayonnement électromagnétique.
  • Les autres câbles : ils sont simplement posés sur le plancher et noyés simplement dans la colle du carrelage.

Conseils d’installation et d’utilisation

L’installation d’un plancher chauffant nécessite de part sa technicité le recours obligatoire à un professionnel. En passant par un électricien agréé, l’installation obtient quasi automatiquement le label EDF et bénéficie ainsi de subventions (Vivrélec par exemple).

Pour plus de confort et d’économies, les logements peuvent être équipés d’un gestionnaire d’énergie. Cette centrale de régulation assure automatiquement, aux heures souhaitées, le passage en mode Confort ou Eco du plancher rayonnant.

Afin de pallier les dérives de la régulation, dues à l’inertie de la dalle, il est conseillé d’équiper seulement 2/3 de la puissance à fournir en plancher chauffant, et le reste par des convecteurs qui permettent de mieux écrêter les pointes de chaleur, en particulier en mi-saison

Dans les maisons respectant les normes d’isolation actuelles, les planchers chauffants sont de type basse température (35 °C typiquement). De ce fait tous les problèmes de jambes lourdes (qui ont longtemps terni l’image de marque de ces dispositifs) ne se posent plus.

Pour optimiser votre chauffage, vérifiez que portes, fenêtres, murs et toitures sont bien isolés, mais n’obstruez pas les bouches d’aération.