Otite : définition

Ce sont des infections de l’oreille, qu’elle soit externe (conduit auditif externe), moyenne (derrière le tympan) ou interne (labyrinthique). Ces infections fréquentes sont à traiter, souvent par des antibiotiques, pour éviter des complications aiguës, plus rares actuellement, mais qui sont gravissimes (méningite, mastoïdite), ou des complications chroniques moins graves mais à l’origine de déficits de l’audition.

Comprendre l’otite :

Dans la plupart des cas, il s’agit d’une complication d’une rhinopharyngite : en effet, l’oreille moyenne communique avec le pharynx (gorge) par l’intermédiaire des trompes d’Eustache ; c’est par ces trompes que s’égalise la pression d’air lorsque l’on change d’altitude en voiture ou en avion. Vous avez tous remarqué que les oreilles se bouchent lorsqu’on change rapidement d’altitude et qu’il suffit alors de déglutir une ou plusieurs fois pour faire disparaître cette sensation.
Mais l’origine de l’otite peut être aussi une infection contractée par l’intermédiaire de l’oreille externe, lors d’une baignade ou d’une égratignure du conduit auditif externe (avec un objet).

Symptômes de l’otite

Le plus souvent c’est la douleur de l’oreille accompagnée de fièvre et de baisse de l’audition qui attire l’attention. C’est une douleur lancinante, pulsatile, intense, qui s’accompagne de maux de tête prononcés.
Néanmoins, chez l’enfant plus petit, ce seront surtout des pleurs inexpliqués, une douleur abdominale associée à une diarrhée, de la température avec une grosse rhinopharyngite qui motiveront la consultation chez le médecin.

L’examen à l’otoscope

L’examen clef effectué par le médecin est l’examen à l’otoscope qui permet d’observer le tympan infecté : il est rouge, il a perdu son aspect brillant (normalement le tympan est nacré). Il peut déjà avoir pris un aspect bombé, gris et terne, et il peut spontanément s’ouvrir: c’est l’otite suppurée (en principe la douleur diminuera à ce moment).

Les complications de l’otite

Les complications de l’otite sont les suivantes :

  • La mastoïdite aiguë : c’est une propagation de l’infection au niveau de la mastoïde, petit relief osseux situé sous l’oreille (d’ailleurs souvent douloureux à la pression, même dans l’otite simple, de manière encore plus nette lors de mastoïdite). Dans ce cas, il faut un traitement chirurgical.
  •  La méningite purulente : c’est une deuxième complication grave. Cette complication était autrefois assez fréquente, avant l’arrivée des antibiotiques, et redoutable par ses séquelles ou sa mortalité. Les germes en cause sont souvent, soit le pneumocoque, soit l’hémophilus B. Certaines peuvent être prévenues actuellement, outre les antibiotiques, par le vaccin Act-hib (anti-hémophilus B).

 

BON À SAVOIR

Il est déconseillé d’utiliser les gouttes auriculaires qui étaient très en vogue auparavant, bien que des produits comme Otipax soient assez efficaces sur les douleurs. En effet, le risque est que le tympan soit perforé : il y a donc un risque de passage du médicament vers l’oreille interne et de complications.

Traitement de l’otite

Avant l’ère des antibiotiques, on pratiquait souvent une petite intervention sur le tympan que l’on appelle une paracentèse, qui consiste simplement à percer le tympan pour permettre au pus de s’écouler.
Actuellement, cette intervention est moins courante car le traitement antibiotique permet souvent de guérir les otites avant qu’elles n’arrivent au stade d’otite purulente.
Il faut d’abord soigner la rhinopharyngite associée, avec des lavages du nez au sérum physiologique, puis une aspiration au mouche-bébé puis une instillation de gouttes anti-inflammatoires et antibiotiques dans le nez (Pivalone-Néomycine, Rhinotrophyl).
Le traitement comprend également des anti-inflammatoires en prise buccale ou suppositoires : Nilluril suppositoires enfant, Surgam ou bien aspirine simple (Catalgine 0,10, Aspegic nourrisson, et des antithermiques en particulier à base de paracétamol : Doliprane, Efferalgan).
Dès l’âge de 6 mois on peut prendre des décongestionnants nasaux, qui décongestionnent rapidement les cavités nasales, comme Actifed ou Rinutan.
Enfin les antibiotiques sont indispensables : Alfatil, Oracéfal, Augmentin (ou Ciblor), Oroken, Pédiazole.

 

Tags: ,